Lancement du “Club MAX” LEJEUNE : intervention de Pascal Demarthe

Lors de l’Assemblée générale de lancement de l’association, samedi 6 octobre, salle des Carmes à Abbeville, notre président Pascal DEMARTHE a présenté la genèse de l’association, son but, l’équipe du bureau ainsi que les premiers projets.

Voici le texte de son allocution (seul le prononcé fait foi) :


“Mesdames et messieurs,

Chers amis,

Je vous souhaite la bienvenue à notre Assemblée générale de lancement du « Club MAX » LEJEUNE et vous remercie toutes et tous de votre présence.

C’est à moi que revient l’honneur de présenter l’objet de cette toute nouvelle association.

Dans mon intervention, je reviendrai sur nos motivations. Je vous présenterai l’équipe et dévoilerai nos premières actions.

L’association est ouverte à tous et chacun d’entre vous est cordialement invité à y adhérer : pour cela vous trouverez un bulletin d’adhésion sur votre chaise, accompagné d’une plaquette de présentation. Nos bénévoles pourront recueillir vos cotisations sur la table près de l’entrée de la salle.

Personnalités présentes

Mais avant cela, je tiens à saluer particulièrement un certain nombre de personnalités qui nous honorent de leur présence.

  • En premier lieu : Monsieur Gilles de ROBIEN, ancien ministre, qui a bien connu Max LEJEUNE au sein de leur famille politique commune, l’UDF ;
  • Le sénateur Christian MANABLE, qui a été mon Président au Conseil général de 2008 à 2015 et qui, comme chacun sait, est un historien émérite, passionné d’histoire locale ;
  • Le sénateur Jérôme BIGNON, qui a siégé avec Max LEJEUNE au Conseil général, ancien président du SMACOPI, aujourd’hui Syndicat mixte Baie de Somme Grand littoral Picard, fondé par… Max LEJEUNE lui-même !

Votre présence, à tous les trois, cher Gilles, cher Christian, cher Jérôme, avec également le sénateur Daniel DUBOIS, assis à mes côtés, résume parfaitement l’objet et l’ambition de notre club : réunir, au-delà de nos différences, autour de la mémoire d’un homme, dans le respect de son parcours et ses choix. Soyez-en particulièrement remerciés. Bien évidemment, je vous donnerai la parole tout à l’heure, si vous voulez bien nous dire un petit mot.

  • Je veux également souligner la présence de Jean-Yves BOURGOIS, conseiller régional et de Catherine QUIGNON-LE TYRAN, conseillère départementale du canton de Roye-Montdidier ;
  • La présence également de Régis LECUYER, conseiller général honoraire, qui tout à l’heure nous racontera une de ses nombreuses anecdotes avec MAX.

Je veux remercier également les maires présents : Christian LESENNE, maire de Yonval ; Régis PATTE, maire de Vauchelles-les-Quesnoy ; Bruno DUBOS, maire de Bray-lès-Mareuil ; Antoine BERTHE, maire d’Ailly-le-Haut-Clocher et Mathieu DOYER, maire de Bussus-Bussuel.

  • Et d’autres personnalités, pas forcément politiques, qui sont présentes également : je veux aussi remercier les nombreux présidents d’associations abbevilloises présents.

Personnalités excusées

Je dois également, en préambule, citer un certain nombre de personnalités qui ont tenu excuser leur absence :

  • En premier lieu Nicolas DUMONT, maire d’Abbeville, retenu par des obligations antérieures. Nous allons former un collège de membres d’honneur de l’association, et Nicolas DUMONT a accepté d’y figurer.
  • Plusieurs députés se sont également excusés : Stéphane DEMILLY, Emmanuel MAQUET, Jean-Claude LECLABART et Barbara POMILI. À noter que Stéphane DEMILLY, actuellement en voyage à l’étranger, m’a fait part de son souhait d’adhérer au club.
  • Je dois également excuser le président de la région Hauts-de-France, Xavier BERTRAND ; ainsi que Patricia POUPART, conseillère régionale et maire de Vironchaux ;
  • Excuser également Laurent SOMON, président du Conseil départemental de la Somme, qui réunit justement ce samedi les conseillers départementaux de sa majorité pour un séminaire en Normandie.

Ainsi, ont également tenu à s’excuser : Stéphane DECAYEUX et Carole BIZET, conseillers départementaux du canton d’Abbeville-nord ; Jocelyne MARTIN et Claude HERTAULT, conseillers départementaux du canton de Rue ; Hubert de JENLIS, conseiller départemental d’Amiens sud ; Virginie CARON-DECROIX, conseillère départementale du canton d’Albert ; Philippe VARLET et Séverine MORDACQ, conseillers départementaux du canton de Péronne ; et Françoise MAILLE-BARBARE, conseillère départementale de Moreuil.

À savoir que Laurent SOMON a également manifesté le souhait d’adhérer au club.

Derniers élus à excuser :

  • Brigitte FOURÉ, maire d’Amiens, et Alain GEST, président d’Amiens Métropole, retenus de longue date par d’autres obligations ; tous les deux souhaitent également adhérer au club.

Se sont également excusés, parfois avec une certaine émotion, plusieurs anciens conseillers généraux qui ont siégé avec Max LEJEUNE :

  • Fernand DEMILLY, ancien sénateur et ancien président du Conseil général, qui a été également président de la fédération de la Somme du Parti Social Démocrate, le parti fondé par Max LEJEUNE ; il figurera comme les autres grands élus parmi nos membres d’honneur ;
  • Jean-Claude BROUTIN, ancien conseiller général d’Amiens Sud Est ;
  • Et Claude JACOB, ancien conseiller général d’Hallencourt, actuel maire d’Erondelle et vice-président de la communauté d’agglomération de la Baie de Somme ;
  • Excusé également, Hervé MARSEILLE, sénateur des Hauts-de-Seine, président du groupe Union Centriste au Sénat et qui, comme vous le savez peut-être, est originaire d’Abbeville. Il a travaillé pour Max LEJEUNE ; il ne peut pas être là aujourd’hui mais il a tenu à nous envoyer un petit témoignage en vidéo ; nous le projetterons tout à l’heure.
  • Pour en finir avec les excusés, sortons à nouveau du champ politique : Michel PRUVOT, notre accordéoniste et animateur de télévision préféré ! Ainsi que Jean-Marc BINOT, historien et biographe de Max LEJEUNE.

Genèse du club

Les politesses étant faites, permettez-moi de vous présenter la genèse de ce club.

L’idée m’est en réalité venue en 2015, à l’occasion du colloque consacré à Max LEJEUNE par David BELLAMY, directeur du département d’histoire de l’Université de Picardie Jules Verne, à Abbeville et à Amiens.

J’avais confié mon souhait d’honorer la mémoire de Max LEJEUNE à Nicole JORON, présente à ma table aujourd’hui, qui a été élue au Conseil municipal d’Abbeville avec lui pendant deux mandats (elle nous en parlera tout à l’heure). Nous avions trouvé l’idée pertinente, sans pour autant nous lancer.

Lorsque j’ai perdu mon mandat de député l’an dernier, puisque le code électoral m’interdisait de solliciter le suffrage des électeurs alors que ma titulaire se représentait, j’ai pensé arrêter la politique.

Lors de cette « retraite », j’ai repensé à cette idée d’un Club Max LEJEUNE. J’ai eu envie de cette action mémorielle, à défaut d’activité politique.

À ce sujet, je me dois d’ouvrir une petite parenthèse eu égard, notamment, à certains articles parus dans la presse. Je respecte tout à fait la liberté de la presse, qui fait son travail d’analyse. Cependant, j’ai le droit d’y répondre !

Le « Club MAX » LEJEUNE n’est pas un club politique. Certes, parmi ses membres fondateurs, certains ont un engagement partisan. Rien d’étonnant, vous en conviendrez, que ce soit des représentants de la famille de pensée de Max LEJEUNE qui sont à l’initiative de son hommage… !

Mais vous le savez, « MAX » comme l’appelaient les Abbevillois dépassait tous les clivages et fédérait bien au-delà de la politique. Parmi nos membres fondateurs, certains n’ont aucun engagement politique. Ils exposeront eux-mêmes leurs motivations, je ne veux pas devancer leurs propos. Mais derrière notre volonté de créer le « Club MAX », il y a avant tout le souhait d’honorer un grand homme et de raviver la mémoire des Abbevillois.

Je tiens d’ailleurs à préciser que le maire d’Abbeville et l’ensemble du Conseil municipal ont été conviés aujourd’hui. Comme je viens de le dire, Nicolas DUMONT est excusé pour aujourd’hui mais figurera parmi nos membres d’honneur.

Voilà, j’espère que cela est clair pour tout le monde.

Autorisation de la famille

Ces choses étant dites, je reviens, si vous le voulez bien, à la genèse de l’association.

Il était pour moi exclu d’entreprendre quoi que ce soit sans l’autorisation expresse des descendants de Max LEJEUNE. C’est donc à sa fille, Marianne MISEREY-LEJEUNE, que je me suis adressé en premier (son fils est aujourd’hui décédé).

Nous avons échangé par téléphone et par courrier, car Marianne MISEREY réside désormais dans l’Orne. Elle a immédiatement compris et autorisé notre démarche.

J’aimerai vous lire un extrait d’une de ses lettres :

« Cher Monsieur,

Ainsi que je vous l’ai confirmé par téléphone, je peux vous dire combien je vous suis reconnaissante de votre initiative de création d’une association en vue de perpétuer et d’honorer la mémoire de mon père, Max Lejeune, initiative si chère à mon cœur. »

Elle aurait aimé être parmi nous, aujourd’hui, mais il lui est coûteux de se déplacer. Et elle m’a confié, dans une autre lettre, qu’au-delà des aspects matériels, elle ne souhaitait pas forcément « s’engager au-delà de la mémoire intime [qu’elle] garde de [son] père et de [leurs] échanges, qui ne concernaient pas son engagement politique. »

Nous respectons évidemment cette volonté de Madame MISEREY et nous la remercions de la confiance qu’elle nous accorde et des vœux de réussite qu’elle a formulé pour l’association. Nous la tiendrons systématiquement au courant, à distance, des activités du club et ne désespérons pas qu’elle puisse venir, un jour, à l’une ou l’autre de nos manifestations. Elle sera toujours la bienvenue.

À noter qu’hier, nous avons été contacté par l’arrière-petit-fils de Max LEJEUNE, qui s’appelle Victor RONGIER et qui a appris la création de notre club sur Facebook ! Il fera lui aussi partie de nos membres d’honneur, comme tous les descendants de Max LEJEUNE qui le souhaiteront.

Le bureau de l’association

Ayant l’accord de la famille, j’ai contacté, tour à tour, les membres présents autour de moi et qui m’ont aidé à créer officiellement le premier bureau de l’association. Qu’ils le fassent par proximité idéologique avec Max Lejeune ou par goût pour l’histoire locale, je les remercie vivement de leur soutien et de leur engagement.

Je leur passe la parole pour se présenter, même si le premier, vous le connaissez déjà :

  • Daniel DUBOIS, vice-président ;
  • Danièle LEJEUNE, secrétaire ;
  • Florence PETIT, trésorière ;
  • Fabien HECQUET, secrétaire-adjoint ;
  • Nicole JORON, trésorière-adjointe ;
  • Fabrice FRION, membre du bureau.

Objet du club

Je voudrais maintenant vous présenter l’objet du club, tel que nous l’avons définis dans ses statuts. Je vous lis très exactement le texte :

“Cette association a pour objet d’honorer la mémoire de Max Lejeune, de faire vivre les idéaux progressistes auxquels il était attaché et de poursuivre la réflexion sur l’avenir d’Abbeville et de sa région.

Elle entend mettre en œuvre ou favoriser tout type de manifestations ou opérations visant à concourir à ces objectifs.”

Concernant ses moyens d’actions, justement, nous avons prévu (je reprends la lecture des statuts) :

  • l’organisation de toutes manifestations, réunions, cérémonies commémoratives, expositions, reconstitutions, rencontres de toute nature en rapport avec l’objet social de l’association ;
  • l’organisation de conférences ou colloques physiques ou virtuels ;
  • la publication et la distribution de tous types de documents ;
  • l’animation d’un site Internet et de divers comptes sur les réseaux sociaux ;
  • agir avec ou pour le compte de structures du secteur associatif qui ont vocation à recueillir les souhaits de leurs adhérents et d’une manière plus large des habitants.

Premiers projets

Nous en avons d’ores-et-déjà imaginé trois actions, que je voudrais vous présenter.

Commémoration annuelle de la mort de Max Lejeune

Nous voudrions instaurer une commémoration annuelle de la mort de Max Lejeune, en déposant une gerbe au pied de sa tombe, dans le cimetière où il est inhumé, à Longpré-les-Corps-Saints.

Max Lejeune étant décédé le 23 novembre 1995, cette cérémonie pourrait avoir lieu, chaque année, le samedi le plus proche du 23 novembre. En 2018, cette cérémonie aura donc lieu le samedi 24 novembre.

Cette proposition a recueilli l’assentiment du maire de Longpré-les-Corps-Saints, Monsieur René CAILLEUX, qui nous prêtera la salle des fêtes de la commune pour quelques discours et un pot de l’amitié. Nous avons également déjà pris contact avec les associations d’anciens combattants qui accepteraient de nous accompagner. Qu’ils en soient d’ores-et-déjà remerciés !

110ème anniversaire de la naissance de Max LEJEUNE

Notre deuxième action aura lieu en février 2019. Nous célèbrerons alors le 110ème anniversaire de la naissance de Max LEJEUNE. À cette occasion, nous aimerions vous convier à un colloque sur un aspect de sa vie publique, animé par un historien, précédé de la projection d’un film ou d’images d’archives. Aussi, nous allons entamer les démarches pour réserver le REX ou l’auditorium du lycée Boucher-de-Perthes. La date précise n’est pas encore arrêtée, mais ce devrait être, je vous l’ai dit, en février 2019. Vous serez évidemment informés des détails par le club.

Recueillir et partager les archives

Notre troisième action commence dès aujourd’hui : nous souhaitons recueillir un maximum d’archives et être le réceptacle de vos souvenirs de Max LEJEUNE, même les plus anecdotiques. Nous vous proposons de les numériser, de les enregistrer, de les copier et, avec votre autorisation, de les mettre en ligne sur notre site internet afin qu’ils soient accessibles au plus grand nombre.


Outils de communication

Ma transition est parfaite pour évoquer un autre point avec vous : celui de nos outils de communication. Nous les avons voulu le plus large possible. Une plaquette a déjà été éditée, que vous trouverez, comme je l’ai déjà dit, sur votre chaise.

Nous avons également décidé d’investir au maximum les nouvelles technologies de l’information. Déjà, parce qu’elles nous permettrons de communiquer à moindre coût. Ensuite, parce qu’elles nous aideront à toucher une population plus jeune, et de jouer notre rôle de transmission de la mémoire.

Ainsi, nous avons d’ores-et-déjà mis en ligne une première version de notre site internet, hébergé à l’adresse : www.club-max.org (cela s’affiche à l’écran). Nous avons également ouvert une page Facebook, un compte Twitter et une chaîne Youtube, qui aura vocation à compiler nos archives et témoignages vidéos.


Appel à candidature pour le Conseil d’administration

Avant de conclure, permettez-moi d’aborder un dernier point. Le club souhaite se doter, comme le font une majorité d’associations, d’un Conseil d’administration d’une vingtaine de membres, qui pourront épauler le bureau dans ses choix et la réalisation de ses actions.

Ce conseil d’administration sera élu pour deux ans, comme l’est, par ailleurs, le bureau.

Nous ne pouvons pas élire ses membres aujourd’hui car, officiellement, personne d’autre que les membres fondateurs ne sont membres de l’association ! Néanmoins, j’invite toutes celles et ceux qui seraient intéressées et aimeraient être candidats au Conseil d’administration à m’en faire part. Nous pourrons procéder à son élection officielle lors de notre prochaine Assemblée générale.

Conclusion

Mon intervention liminaire touche (enfin !) à sa fin. Je vous demande de me pardonner si j’ai été trop long mais il me semblait important de bien préciser le cadre de notre démarche et l’objet du club.

Maintenant, si vous le voulez bien, je vous propose de regarder trois petites vidéos, dont deux documents d’archives.

La première est le message d’Hervé MARSEILLE.

La deuxième est une compilation de photos d’époque, réalisée par Florence PETIT, notre trésorière. Cela vous donnera une idée de ce que le club peut être amené à produire.

La troisième est un extrait d’une interview qu’avait accordé Max LEJEUNE à France 3 Picardie en 1986. Il revient, en partie, sur son parcours dans la Somme. Cela vous donnera un aperçu de ce que nous pourrions projeter, en février, à l’occasion du colloque pour le 119e anniversaire de sa naissance.

Enfin, je proposerai aux quelques personnalités présentes de nous dire un mot puis je vous passerai la parole à vous tous, qui êtes présents dans cette salle, au cas où vous souhaiteriez nous poser une question sur l’association ou, simplement, nous livrer un témoignage sur Max LEJEUNE ou l’histoire d’Abbeville.

Je vous remercie de votre attention.”